Bridget Jones: folle de lui, une suite en demi-teinte

Entre 1997 et aujourd’hui, des millions de lectrices ont bien rit en lisant les aventures de Bridget Jones, trentenaire gaffeuse et douée pour se fourrer dans les situations les plus inextricables.

Les 2 premiers volets, écrits dans le même style mordant ont été suivis d’un troisième, publié 15 ans après et dont l’intérêt était de suivre les changements intervenus dans la vie de notre héroÏne.

Malgré les critiques négatives, je me suis décidée à le lire pour me faire un avis.

 

Que devient Bridget?

(Attention spoilers (mais pas plus que dans les journaux!)

 

Elle est mère de deux enfants qu’elle élève seule après la mort de Mark Darcy survenue dans des circonstances diplomatiques mystérieuses.

Sa reconversion professionnelle est surprenante: la voilà devenue scénariste, un métier qu’elle exerce avec la même assiduité que les précédents (3 secondes par-ci par-là quand l’envie lui en prend.)

Première déception, l’entourage professionnel qui faisait un peu le sel du second tome n’existe plus. Richard Finch, personnage délicieusement antipatique a disparu, enmenant avec lui secrétaires vulguères et caméra men peu investis.

Les amis de Bridget eux sont toujours là, avec quelques changements bizarres: Tom devenu psy/interprète des états dâmes de Bridget, Jud à nouveau célibataire et en pleine crise de la cinquantaine. Chazer et ses réflexions perspicaces ont émigré aux States, remplacées par une pâle copie Talita (personnage dont je ne peux rien dire parce que, je ne m’en souviens presque pas.)

Deuxième déception!

Daniel Cliver, parcontre est toujour là. Lui non plus n’en a pas finit avec la crise de la cinquantaine, les plans foireux et les eccès en tous genres. Point positif: la déchéence de ce personnage est si sordide, que paradoxalement elle m’a value un bon éclat de rire (le seul à la lecture de ce roman.)

 

L’univers de Bridget a donc bien changé, ce qui implique une casi-total abscence d’humour. Les personnages ont vieilli et sont désabusés, d’où la mélancolie qui imprègne les pages d’Helen Fielding.

Ce livre vaut-il le coup d’etre lu?

 

Oui et non, tout dépend de ce que vous en attendez.

 

Premier scénario: Quand la couverture d’un livre vous anonce que vous allez rire, vous vous attendez à rire. Si ce n’est pas le cas, vous êtes déçu.

Vous aimez les intrigues bien menées, qui ne laissent pas trop de place à l’introspection.

Enfin, les échanges de sms, twits, et autres messages web, (procédé narratif présent dans les livres écrits depuis 2010), vous gonflent.

Deux possibilités s’offrent à vous: soit passer à Bridget Jones baby (suite plus courte et plus dynamique revenant en réalité sur la première grossesse de notre Anglaise préférée), soit emprunter le livre à la bibliothèque de votre quartier et interrompre votre lecture quand bon vous semble.

Second scénario: vous êtes inconditionnel des aventures de Bridget, vous avez tellement rit à la lecture des 2 premiers opus que vous pensez bien trouver une ou 2 choses qui vous replongeront dans cet état d’esprit si particulier.

Ce ne sera pas le cas, car il y a 2 passages drôles (peut-être 3 si on cherche bien.)

L’intérêt du récit est ailleurs, car si les effets comiques tombent à plat les situations réalistes sont bien traitées: de la difficulté d’élever seule deux enfants à la manière d’aborder les relations de couples ayant une différence dâge.

Donc, si vous aimez lire, qu’affronter quelques longueurs ne vous fait pas peur, la tendre affection que vous conservez pour notre Bridget vous permettra de parcourir ce roman sans trop d’encombres.

Pour ma part, j’en suis sortie avec un sentiment de mélancolie, triste pour Bridget, frappée par beaucoup de drames en peu de temps et se réfugiant souvent dans des souvenirs plus heureux.

Mais la vie continue, et le livre se referme sur une note positive, quoi que très, très, politiquement correct.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s