Je suis ton soleil de Marie Pavlenko: un livre que je n’ai pas vraiment détesté

Résumé: Déborah entame sans enthousiasme son année de terminale. Ses  parents sont tout à leurs soucis, oublient de lui acheter des chaussures et de payer la cantine. Elle  s’occupe seule du chien  Isidor, calamité ambulante. Sa meilleure amie s’éloigne trop occupé par un premier amour. Pour surmonter tout ça, il faudra à Debora des amis, et de l’humour.

Le marketing feel good a encore frappé

J’aime la littérature Young Adult, qui recèle des perles drôles et émouvantes. C’est l’occasion de retomber en enfance tout en lisant des livres dont l’écriture n’a rien à envier aux parutions « Adultes. »  J’étais impatiente de commencer Je suis ton soleil, un livre qui m’a tout de suite attirée avec ce titre très accrocheur, et ce résumé entraînant qui promettait un beau portrait de jeune fille, de l’humour, de la tendresse et un peu de mélancolie (peut-être.)  Ce roman avait tout du feel good book, du titre aux péripéties  promises par la 4ème de couverture. Et en quelque sorte, tout ça est dans le livre.

Une météo mitigée avec de la   pluie et un peu de soleil

Je ne peux pas dire que j’ai détesté ce roman. L’écriture est fluide, avec une narration à la première personne un peu sur le mode du journal intime. Déborah nous fait part de ses sentiments, nous raconte son quotidien avec humour. Un humour un peu convenu, parfois trop présent. Les blagues de Déborah pour aborder certains sujets tombent un peu à plat, et on aimerait bien que les soirées que ses potes et elles passent à se vanner fassent l’objet d’ellipse.  Les personnages, justement, même s’ils sont travaillés ne sont pas très attachants malgré l’effet recherché. Jamal (premier pote de Déborah) est un peu trop sympa, Victor  (deuxième pote et premier grand amour de Déborah ) trop beau gosse, Éloïse (meilleure amie), est une  fille banale qui connaîtra toutefois une évolution intéressante. Tout ça crée un ensemble un peu morne qui se lit facilement mais sans vraiment de plaisir

Le point fort du livre réside dans les thèmes abordés (la dépression,  l’IVG, le passage à l’âge adulte. ) Déborah, adolescente renfrognée et peu sûre d’elle, grandit d’un coup à  cause d’une situation familiale très difficile. Marie Pavlenko aborde avec finesse la manière dont un ado confronté à ce genre d’épreuve peut réagir et ce qui peut l’aider à les surmonter. Des amis présents et attentifs, des loisirs (la lecture pour Déborah), et un chien dont il faut s’occuper, permettent de surmonter bien des choses.

En bref, un livre un peu décevant mais emprunt d’un réalisme qui mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour le conseiller aux ados  de notre entourage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s