Territoires d’Olivier Norek

« A Malceny, dans le 93, on est habitué aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapte pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminel de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville. La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer… »

Après avoir lu Code 93, j’avais hâte de me plonger dans territoires. Dès le début on est plongé au cœur de l’action.
Une série de meurtres ressemblant fortement à des règlements de comptes ont lieu, en plein jour, à Malceny, avec un point commun : le trafic de drogue.
Un nouveau boss prend possession du commerce de la drogue, quitte à éliminer tous les concurrents. Coste et son équipe se retrouvent donc à enquêter. Au fil de leur enquête, ils vont découvrir que politique et trafic de drogues ont un lien bien plus important que ce qu’ils imaginaient.

Dans ce roman, l’auteur nous entraîne au cœur du trafic de drogue et de son commerce. Comment ce trafic fait vivre certaines banlieues et entraîne également les enfants dans ce commerce, mais aussi les retraités.
A cela s’ajoute la politique. Le lien entre la politique et le trafic et les émeutes ont, dans le roman, un lien étroit. Ces événements peuvent avoir un intérêt politique. Cela m’a amené à réfléchir, si les élus de ma ville pouvaient agir comme la Reine dans territoires et jusqu’où un homme ou femme politique est-il/elle prêt à aller pour garder son pouvoir et l’argent ?

J’avais beaucoup aimé code 93 et je n’ai pas été déçu par ce deuxième volet. Olivier Norek, de par son métier, maîtrise parfaitement son sujet. L’écriture est fluide et tout comme le premier livre, les chapitre sont cours ce qui rythme le récit.

Note 8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s