Culottées 2, Pénélope Bagieu

« Rappeuse afghane ou astronaute, reine des bandits ou volcanologue, inventrice ou journaliste d’investigation, les Culottées ne renoncent jamais. Quinze nouveau portraits de femmes qui ont bravé tous les obstacles pour mener la vie de leur choix. »

Petit disclamer : non je n’ai pas lu la première BD tout simplement parce qu’elle n’était pas disponible dans la bibliothèque de ma ville. Mais on peut tout à fait lire le 2 et ensuite le 1.

On ne peut qu’aimer cette BD qui dresse le portrait de quinze femmes, aux origines et parcours différents. Chaque portrait donne envie d’en savoir plus sur ces femmes extraordinaires. Elles souffrent pour la plupart d’un anonymat injustifié et mériterait d’être plus connu, qu’on parle plus de leur combat, de leurs idées. Elles sont des exemples de courage et de détermination.

IMG_0513[1]

Parmi ces portraits, j’ai aimé celui de Sonita Alizadeh, rappeuse afghane, alors qu’elle est née dans un pays ou les femmes sont destinées à être vendues par leur famille à un potentiel mari. Elle évite de justesse le mariage forcée en se réfugiant avec sa famille en Iran. Elle est accueillie dans un centre pour enfant réfugiés, où elle entendra pour la première fois le rap. Elle écrira des textes en cachette, mais sa famille ne veut pas en entendre parler, son frère a besoin de la vendre pour acheter son épouse. Une réalisatrice iranienne, entend parler d’elle et la filme en train de chanter. La vidéo, postée sur Youtube, lui permet de se faire connaître et de se rendre aux USA, ou elle étudie et milite pour le droit des femmes.

IMG_0514[1]

Le deuxième portrait qui m’a le plus remué les tripes et révoltée, tant les choses qu’elle a vécues sont absolument ignobles, est celui de Phulan Devi. Née en Inde, dans une famille pauvre, elle a vécu les pires cauchemars pour une fille sa condition. Mariée à 10, humiliée, elle a vécu les pires sévices. C’est ce qui a forgé sa personnalité et son caractère. La personne qui l’a sauvé, est également la personne qu’elle a aimée. Quand on le tue, elle décide de se venger. Surnommé La Reine des bandits, elle finira par être élue et entrer au parlement. Elle défendra les plus faibles, fera voter une loi pour la protection de femmes. Elle sera assassinée en juillet 2001.

IMG_0511[1]

Il est évident que je ne rends pas justices à ces deux personnages, et je ne peux que vous inviter à lire Culotées, pour les découvrir, elles et les treize autres qui sont épatante, émouvante et courageuse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s