Petit classement de mes flops livresques 2018

On est déjà le 19 janvier, mais comme il n’est pas trop tard pour se
souhaiter bonne année tous les jours, il n’est pas trop tard non plus pour faire un petit classement de mes 3 plus grosses déceptions livresques de l’année.

3/ Un mariage anglais de Claire Fuller, petite déception

Le pitch: le délitement d’un couple : dans les années 1990 Ingrid
laisse à son mari absent, Gill, des lettres où elle revient sur leur
histoire. Quelques jours après l’écriture de la dernière missive elle
disparaît. 20 ans plus tard, les deux filles du couple, reviennent au
chevet de leur père malade dans la maison de bord de mère où elles ont passé leur enfance.
Mon avis (attention spoilers): J’attendais beaucoup de ce roman
ensensé par la critique et très populaire sur babelio. Le roman
comporte pourtant certains points positifs: une narration originale
alternant entre les lettres d’Ingrid, et des chapitres narrés du point
de vue de sa plus jeune fille, Flora, la place accordée à la nature et
à l’océan de par la passion que nourrissent mère et fille pour la
natation (véritable exutoire), le temps consacré par Claire Fuller à
décrire de quelle manière Ingrid perd ses illusions en tombant
amoureuse de son professeur de littérature.
A mon sens, le vrai point noir de ce livre est le traitement de
l’histoire d’amour. Non seulement je ne me suis pas attachée à ce
couple, prof et élève tombés amoureux quasiment au premier regard, mais
j’ai trouvé son évolution très convenue avec la fascination d’une
jeune fille pour la figure professorale, les grands classiques
utilisée par les deux amants pour communiquer autour de leurs
sentiments.
Le personnage de Gill en rajoute dans les clichés, en Dom Juan
magnétique à qui personne ne peut résister, même la copine féministe
d’Ingrid prête à l’accompagner dans ses démarches de séparation, finit
par tomber sous le charme de l’écrivain raté.
Sans ce personnage insupportable, pour lequel il est bien difficile
d’éprouver de l’ empathie, malgré l’attachement indéfectible que lui
portent ses proches, ma lecture aurait sans doute été plus agréable.

2/ Un Noël à la petite boulangerie de Jenny Colgan: catastrophe

Pour de plus amples précisions sur le premier opus, n’hésitez pas à
consulter l’article de Sarah
Petit pitch du Noël à la petite boulangerie: il y a quelques années,
Polly Waterford, boulangère très très talentueuse, s’est installée
dans un phare sur une petite île britannique, avec Huckle son amoureux
(ex conseillé financier reconverti en apiculteur), et Neal petit
oiseau apprivoisé.
Mon avis: tout ça est très bucolique et pourrait faire une lecture
idéale pour les vacances de fin d’année. C’est ce que je me suis dit
avant d’ouvrir le livre, qui heureusement fait moins de 500 pages,
sans quoi j’aurai sûrement abandonné Polly avant de connaître le
dénouement de ses palpitantes aventures, car entre ses relations
difficiles avec sa mère dépressive, les doutes sur la paternité du bébé
de sa meilleure amie enceinte, et les préparatifs de la fête de Noël
du village, Polly ne s’ennuie pas.
Moi je me suis ennuyée, mais j’ai surtout été affligée par la pauvreté
de l’intrigue, le manichéisme avec lequel l’auteur traite ses
personnages, et un rapport à l’argent plutôt douteux: entre
moralisation et convoitise. Rien de positif dans cette lecture, qui me
conforte dans l’idée que les auteurs de bonne chick-lit ne courent
pas les rues.

1/ Les orphelins du bout du monde d’Harmony Verna: terminé en avance rapide
Le pitch: Australie, début du XXe siècle: une gamine muette abandonnée
dans le désert recueillie par un ouvrier au grand cœur, un orphelinat où vivent un prêtre généreux mais au bout du rouleau et un gamin en colère mais lui-aussi le cœur sur la main. Le lecteur suit tout ce petit monde pendant une longue, longue, vingtaine d’années. En sélectionnant cette saga australienne avant de partir en vacances, je m’attendais à passer un bon moment. Certaines sagas historiques grand public, comme les romans de Marie-Bernadette Dupuy peuvent devenir assez addictives malgré certains défauts de style et de construction.
Ces défauts étaient présents dans le roman d’Harmony Verna avec un style peu soigné, misant tout sur la description des paysages, une intrigue longue à se mettre en place, et surtout des personnages creux, trop creux pour qu’on suive leurs aventures jusqu’au bout.
Pourtant, l’intrigue reposait sur des éléments historiques intéressants: les difficultés rencontrées par les fermiers et mineurs Australiens entre 1900 et 1930, les crimes commis à l’encontre du peuple aborigènes, le rôle de l’Australie dans la première Guerre Mondiale.
Les personnages d’Harmony Verna traversent tout ceci de manière parfaitement insipide pour le lecteur: d’un côté on trouve les gentils qui s’indignent des injustices et prêts à participer à l’effort collectifs quel qu’il soit, et de l’autre les méchants qui ne pensent qu’à s’enrichir et qui font du coup souffrir les gentils.
En survolant les dernières pages du livre, pour savoir comment tout ça finissait, j’ai regretté d’avoir repoussé ma lecture de Bonjour tristesse à l’été d’après.
Pour terminer cet article sur une note positive, je citerai quelques
tops de l’année, qui m’as permis de faire quelques belles découvertes:
La saga Les soeurs Carmine d’Ariel Holzl auteur qui abandonne ses lecteurs après 3 tomes aussi bons les uns que les autres.
Les romans de Celeste Ng, justes et surprenants, The hate u give d’ Angie Tomas qui traite finement de la violence policière aux Etats-Unis en s’adressant aux ados.
Un autre roman jeunesse, L’affaire Jennifer Jones qui dresse le
portrait d’une enfant criminelle.
Esprit d’hiver et Dans un monde parfait de Laura Kasischke, une auteur qui décrit les choses du quotidien de manière si troublante pour les rendre magnifiques ou terrifiantes.
La saga Harry Potter dont j’ai découvert 4 tomes et que je prends
beaucoup de plaisir à lire sur le tard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s